Sonny Colbrelli sort vainqueur de Paris-Roubaix

Sonny Colbrelli sort vainqueur de Paris-Roubaix


Sonny Colbrelli (Bahreïn-Victorious) a survécu au grizzly pour remporter la victoire de Paris-Roubaix après une bataille brutale dans le nord de la France. Non seulement c’était sa première apparition au Monument, mais il est également le premier vainqueur italien en 22 ans.

Le 118e Paris-Roubaix (Hommes) a parcouru 257,7 km, partant de Compiègne (environ 50 milles au nord de Paris) et parcourant 55 km de pavé entre la ligne de départ et le Vélodrome André Pétrieux à Roubaix. La course a touché le premier des 30 secteurs pavés après 96,3 km de routes de campagne plates et humides, et à partir de là, les pavés infâmes sont venus épais et rapides.

Après une ouverture agressive de 40 km, une scission du peloton est devenue une échappée de 31 personnes qui comprenait de grands noms, dont l’ancien vainqueur Greg van Avermaet (AG2R-Citroën), Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix), Tim Declercq et Davide Ballerini ( Deceuninck-QuickStep), Luke Durbridge et Robert Stannard (BikeExchange).

Le groupe de tête – désormais moins de 30 grâce à des chutes et crevaisons – a atteint le premier secteur pavé de Troivilles à Inchy avec 1h40 d’avance. C’est ici que les conditions ont vraiment mis les coureurs à l’épreuve, et à la fin des quatre premiers secteurs, un solide quatuor a mené la course : Florian Vermeersch (Lotto Soudal), Nils Eekhoff (DSM), Max Walscheid (Qhubeka-NextHash) et Luke Rowe (Ineos Grenadiers).

Comme prévu, la météo a continué à jouer un rôle majeur, donnant à la course son style « Hell of the North ». Parmi ceux qui sont sortis de la course figuraient les anciens vainqueurs Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) et John Degenkolb (Lotto Soudal), tandis qu’à l’avant de la course, Walscheid a heurté le pont peu après que Rowe ait également été rattrapé, n’en laissant que deux à la chef des affaires.

Les jeunes débutants – Vermeersch un ancien coureur de cyclo-cross et Eekhoff le vainqueur de Paris-Roubaix Espoirs en 2017 – sont restés à l’écart pendant près de 50 km, leur laissant la liberté de la tristement célèbre Trouée d’Arenberg.

Pendant ce temps, le peloton derrière s’était effondré, mais de nombreux joueurs clés étaient toujours là. Après quelques arrêts plus tôt, Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) menait ce qui restait du peloton sur les pavés les plus emblématiques de la course qui traversait la forêt d’Arenberg. Wout van Aert (Jumbo-Visma) a été pris dans une mauvaise chute, mais il a pu reprendre contact avec le groupe une fois de retour sur le tarmac.

Alors que les favoris se regroupaient (et Van der Poel s’étirait le dos…) les attaques se poursuivaient avec Colbrelli et Guillaume Boivin (Israel Start-Up Nation) particulièrement actifs.

Eekhoff et Vermeersch ont finalement été rattrapés par le groupe de poursuivants diminué peu avant les pavés d’Hornaing (82 km à parcourir), avec Colbrelli et quelques compagnons coincés entre l’avant et les favoris à une minute environ.

Un changement de vélo pour Van der Poel a été suivi de 15 km d’attaques presque implacables de la part de la superstar néerlandaise du cyclocross. Ses efforts répétés et le terrain toujours terrible ont mis fin aux espoirs de beaucoup, et peu de temps après, il s’était éloigné de ses rivaux, n’emmenant que Boivin et Colbrelli avec lui.

A 50 km de l’arrivée, un soleil faible offrant désormais aux coureurs de retrouver leur ombre, Gianni Moscon (Ineos Grenadiers) – 5e de Paris-Roubaix en 2017 – a lâché ses deux compagnons d’échappée, Vermeersch et Tom Van Asbroeck (Israel Start-Up Nation), et se dirigea vers un assaut solitaire de Mons-en-Pévèle, l’un des secteurs les plus difficiles et les plus boueux de la course.

Alors que le groupe Van der Poel comptait désormais cinq personnes ayant rattrapé les compagnons largués de Moscon, l’Italien menait toujours avec plus d’une minute, mais deux incidents distincts de malchance ont ensuite frappé le leader à seulement 5 km. Une crevaison et un changement de vélo juste à moins de 30 km de l’arrivée ont été suivis d’un accident sur une section pavée grasse, et à 25 km de l’arrivée, les cinq poursuivants étaient à moins de 15 secondes de leur proie.

Moscon a finalement été rattrapé par Van der Poel, Vermeersch et Colbrelli sur les pavés à 16 km de l’arrivée, et le champion d’Europe est passé directement à l’attaque. Cela a envoyé Moscon et le trio a parcouru les 15 derniers kilomètres avec environ une minute d’avance sur ce qui restait du groupe de favoris, qui comprenait Van Aert, Heinrich Haussler (Bahreïn-Victorious) et Yves Lampaert (Deceuninck-QuickStep).

Après plus de six heures de course, une chose était sûre : trois débutants occuperaient chaque marche du podium.

Le trio est entré ensemble dans le vélodrome, et Vermeersch a tenté de faire long avec un demi-tour à faire, mais c’est Colbrelli qui a remporté la victoire avant de s’effondrer sous le poids de l’émotion. Vermeersch, 22 ans, a pris la deuxième place et Van der Poel a pris la troisième place.

Paris-Roubaix (1.UWT)
Compiègne → Roubaix

COLBRELLI Fils



Source link