L’UCI prévoit d’introduire des pénalités de temps pour les coureurs qui détritent pendant les courses

L’UCI prévoit d’introduire des pénalités de temps pour les coureurs qui détritent pendant les courses


L’UCI prévoit d’introduire des pénalités de temps lors des courses par étapes pour les coureurs pris à la litière.

David Lappartient, président de l’instance dirigeante du cyclisme, dit avoir vu des «comportements inacceptables» lors du récent Tour de France de coureurs se débarrassant de manière incorrecte de leurs déchets dans la nature.

«Il est clair qu’il y a eu un comportement inacceptable pendant la Tour de France», A déclaré Lappartient DirectVelo. «Quand on jette une canette et qu’il y a des gens, pas de problème, mais quand on se débarrasse des déchets dans la nature… c’est inacceptable.

Les amendes pécuniaires actuellement distribués aux coureurs pris à la litière ne font pas assez, dit le Français, en partie à cause de la taille des budgets des équipes ces jours-ci.

«On voit que cela a des effets très relatifs sur certains», a poursuivi Lappartient, avant de dire qu’il espère introduire «des mesures beaucoup plus coercitives» à partir de février 2021. À savoir, des pénalités de temps.

>>> 27 000 bouteilles, 12 500 gels et 1 288 tonnes de CO2: le coût environnemental d’une équipe WorldTour

«Ce sera sans aucun doute des amendes de temps dans une course par étapes», a-t-il déclaré, «il est clair que cela ne peut pas rester ainsi. Il y a des efforts qui ont été faits par les organisateurs et les coureurs mais, malheureusement, ce n’est pas le cas partout.

Lappartient a ensuite parlé d’un cas particulier à la Vuelta a España qui l’a fait craindre que certaines localités ne permettent aux courses de traverser leurs régions en raison de préoccupations environnementales.

«L’année dernière, j’ai suivi une étape de la Vuelta avec le Premier ministre d’Andorre», a déclaré Lappartient. «Avant la dernière montée, un coureur a vidé tout ce qu’il avait dans ses poches. [The Prime Minister] m’a demandé ce qu’il faisait… et a demandé «est-ce permis? C’est inadmissible’. Nous pourrions avoir des problèmes pour obtenir l’autorisation d’utiliser la route si aucun effort n’est fait. »

Le Tour de France a fait l’objet de pressions particulières de la part des groupes environnementaux ces derniers temps, la France ayant vu un certain nombre de candidats des partis verts élus lors des récentes élections à la mairie.

Le nouveau maire vert de Lyon, élu après la décision de la ville d’accueillir une étape de la course 2020, a déclaré France24 il n’était «plus acceptable» d’accueillir des événements sportifs «dont la première priorité est de ne pas tenir compte de leur [environmental] empreinte”.

Une situation similaire a émergé en Bretagne, où le Grand Départ du Tour de France 2021 aura désormais lieu après que Copenhague a donné la priorité aux Euros de football reportés.

La ville de Brest, en particulier, accueillera le déploiement de la région après la plus grande ville de Rennes refusé pour des raisons écologiques, la nouvelle maire, Valérie Faucheux, qualifie le Tour de «course qui a eu son temps, mais qui peine à se renouveler».

Cela a suscité la colère de la légende du Tour de France d’origine bretonne Bernard Hinault, qui a accusé Faucheux d’être «du passé» et disant qu’elle devrait plutôt s’inquiéter de sa propre empreinte carbone.



Source link