Les PDG de Specialized, Rapha, Assos, BMC et d’autres signent une lettre d’engagement climatique

Les PDG de Specialized, Rapha, Assos, BMC et d’autres signent une lettre d’engagement climatique


“], “filter”: “nextExceptions”: “img, blockquote, div”, “nextContainsExceptions”: “img, blockquote” }”>

Certains acteurs clés de l’industrie du cyclisme s’engagent à accélérer leurs efforts pour atteindre les objectifs climatiques de l’ONU.

Dans le Lettre d’engagement climat publié aujourd’hui par Shift Cycling Culture, les PDG de Specialized, Rapha, Assos, BMC et une douzaine d’autres sociétés cyclistes multinationales ont déclaré leur engagement à lutter contre la crise climatique en divulguant leurs propres impacts carbone et en s’engageant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 %. d’ici 2030.

La lettre implore également d’autres acteurs de l’industrie de faire de même.

Le cyclisme a de nombreux impacts positifs sur le climat, notamment son potentiel de diminuer le nombre d’automobiles en transit. Cependant, l’industrie du cyclisme a également un impact négatif sur le climat, produisant un niveau important d’émissions de carbone au niveau de la production.

Dans la lettre d’engagement climatique, l’industrie du cyclisme s’engage à respecter les normes fixées par l’Accord de Paris de 2015. L’Accord de Paris stipule que pour maintenir le réchauffement climatique en dessous du niveau critique de 1,5 degré Celsius, les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites de 55 % d’ici 2030 et de 100 % au plus tard en 2050.

Les signataires de la lettre d’engagement climat reconnaissent que pour montrer un réel engagement à ralentir la crise climatique, ils doivent à la fois déclarer leurs propres impacts carbone, ainsi que réduire les émissions de gaz à effet de serre aux mêmes niveaux indiqués dans l’Accord de Paris.

“Pour atteindre cet objectif dans l’industrie du cyclisme, nous avons besoin que toute la chaîne d’approvisionnement soit impliquée”, indique la lettre. « La plus grande partie de l’impact environnemental de nos produits provient de la production ; 50 à 80 % des émissions de carbone ont lieu lorsque nous extrayons, achetons et produisons des matériaux et des pièces. Nous fonctionnons dans une économie linéaire qui ne valorise pas la recirculation des matériaux, et trop souvent, nos clients se retrouvent avec des pièces et des produits incompatibles et redondants.

La lettre reconnaît l’énormité de la tâche et demande une collaboration et une innovation à l’échelle de l’industrie. Les signataires fondateurs invitent tous les acteurs de l’industrie du cyclisme à signer la lettre et s’engager à respecter les normes de l’Accord de Paris.



Source link