Lawson Craddock est en mouvement : questions-réponses avec le champion américain du contre-la-montre

Lawson Craddock est en mouvement : questions-réponses avec le champion américain du contre-la-montre


Après six ans passés au sein de l’association EF Education-Nippo, Lawson Craddock est en pleine évolution. BikeExchange a annoncé vendredi que l’Américain de 29 ans rejoindrait l’équipe pour un contrat de deux ans.

Craddock rejoindra l’équipe australienne du WorldTour en tant que champion américain en titre du contre-la-montre après avoir remporté une victoire contre la montre en juin dernier à Knoxville, Tennessee, et avant sa neuvième saison de course au niveau WorldTour, il apportera une expérience de course aux trois Grand Visites à sa nouvelle équipe.

Craddock a expliqué ce qui a motivé sa décision de signer avec BikeExchange et ses attentes pour la saison à venir lors d’une conversation téléphonique avec CyclingTips.


Conseils de cyclisme: Tout d’abord, qu’est-ce qui vous a motivé à signer avec BikeExchange ?

Lawson Craddock: Évidemment, c’est une équipe avec pas mal d’histoire et beaucoup de succès dans le passé. Ils sont australiens et la connexion américano-australienne est également tout à fait naturelle, ce qui était un facteur important. Ce qui m’a le plus marqué à propos de l’équipe, c’est juste la culture qui l’entoure. Ils travaillent dur mais ils jouent aussi dur et je pense que cela correspond assez bien à ma philosophie aussi.

Je connais pas mal de gars de l’équipe, j’ai couru avec eux pendant longtemps, et vous ne pouvez pas vous empêcher d’être inspiré par la façon dont ils ont couru dans le passé et le succès qu’ils ont eu. Ils ont d’excellents leaders, un grand leadership semble-t-il, et je pense qu’une combinaison de tout ce qui m’a vraiment excité, alors quand l’opportunité s’est présentée, j’ai vraiment sauté dessus. Je suis très heureux et très chanceux d’avoir l’opportunité d’y être l’année prochaine.

CT: Quel est le rôle que vous attendez de jouer, et qu’ils attendent que vous jouiez, alors que vous faites le pas ?

CL: Je pense que je me suis taillé un rôle de domestique assez important pour les équipes dans le passé. J’ai vraiment l’impression de l’avoir montré chez EF au cours des deux dernières années. Je suis entré dans ce rôle et j’étais en fait assez bon dans ce rôle. Je pense que l’on s’attend à ce que je sois plus ou moins l’un des principaux domestiques des leaders. J’ai vraiment l’impression d’être un touche-à-tout, je suppose, et je peux faire à peu près tout et n’importe quoi dans le sport. Même si je ne gagne peut-être pas beaucoup de courses, je peux vraiment être une ressource précieuse pour les équipes qui le font. Quand les choses se passent, ils ont un sprinter avec Kaden Groves et Michael Matthews, et j’ai déjà montré que je peux aider les premiers, je peux me lancer dans des échappées avec certains de ces gars et les aider à les vaincre, et j’ai aussi montré que je pouvais grimper et courir assez bien en montée.

Je pense qu’on attend beaucoup de moi d’être là pour l’équipe sur tous les terrains et toutes les courses. Je suis vraiment excité à ce sujet et je pense aussi qu’il devrait y avoir quelques chances de plus que ce que j’ai eu dans le passé où je peux poursuivre des opportunités par moi-même. Je suis vraiment ravi de cette chance. Vous regardez comment l’équipe court, comment elle a toujours couru, et c’est vraiment très agressif. Presque tous les jours, ils cherchent une chance de gagner. Parfois, souvent dans le sport, cela peut ne pas fonctionner, ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît, mais je pense qu’il y a quelque chose à dire sur le fait de terminer ces courses et de savoir que vous avez tout donné. Je pense que c’est un facteur important avec BikeExchange et l’une des principales raisons pour lesquelles je suis si enthousiaste à l’idée d’y aller.

Lawson Craddock lors du contre-la-montre de l’étape 21 de la Vuelta a España.

CT: Vous avez le maillot du contre-la-montre américain, vous avez eu du succès en tant que grimpeur dans une poignée de courses dans le passé. Avez-vous le sentiment d’aller de l’avant, lorsque vous parlez d’opportunités pour vous-même, sur quoi vous comptez vous concentrer ? Est-ce que ce sera toujours des courses par étapes, des contre-la-montre, des échappées ?

CL: Je me considère comme un coureur maintenant et mes meilleurs jours de résultats sont les jours de contre-la-montre et les jours où je peux entrer dans l’échappée. Bien sûr, j’aimerais continuer à essayer de me concentrer là-dessus. Je ne suis pas le meilleur grimpeur du monde, je ne suis pas le meilleur sprinteur, le meilleur coureur de vent de travers du monde, mais j’ai suffisamment d’expérience dans tous ces aspects où je peux me forcer dans la bonne situation. Je suis ravi de continuer à progresser dans mon contre-la-montre, j’adorerais défendre à nouveau le maillot de champion national l’année prochaine, et j’espère avoir la chance de le faire. Pour moi, j’aime vraiment continuer à progresser et pour moi c’est ce qui va être le plus important et le plus excitant de l’année prochaine. Pour moi, il s’agit plus du voyage pour atteindre le meilleur et pas seulement d’être le meilleur si cela a du sens. Si nous pouvons travailler ensemble en équipe et continuer à progresser et sentir chaque jour que nous nous améliorons, je pense que le succès viendra naturellement.

CT: Quel regard portez-vous sur votre passage chez EF ?

CL: Pour être honnête, je suis juste plus enthousiaste à l’idée de rejoindre BikeExchange. J’ai passé six bonnes années avec EF, mais à ce stade, j’ai eu la chance de rejoindre les Australiens l’année prochaine.

CT: Cela fait huit ans que vous avez atteint le WorldTour pour la première fois avec Giant-Shimano en 2014. Quelles sont les choses les plus importantes que vous avez apprises au fil des ans depuis que vous avez commencé à courir à ce niveau ?

CL: Bien sûr, pendant votre séjour dans le WorldTour, vous apprenez comment courir et comment les courses progressent et comment vous tenir dans ces situations, mais pour moi, la plus grande chose que j’ai apprise est de vraiment en profiter. Au début de votre carrière, vous passez beaucoup de temps à patauger, un peu coincé. Au moins avec les Américains, nous sommes dans l’environnement inconfortable de l’Europe et tout ça. C’est presque constamment des montagnes russes, de haut en bas, de haut en bas, mais à ce stade de ma carrière, j’ai plus ou moins appris à être plus régulier tout au long de la saison.

Je pense que cela a été le facteur le plus important, savoir ce qu’il faut jour après jour et aussi savoir simplement s’amuser. Pour moi, je pense que c’est juste être autour d’un bon groupe de gars, une bonne culture, un bon environnement. Je pense que c’est vraiment la plus grande différence entre ma saison néo-pro et presque la fin de la décennie.

CT: Apportez-vous des changements à votre routine d’intersaison cette année ?

CL: Je me sens vraiment revigoré en ce qui concerne ma motivation pour 2022. Ma carrière a pris une bouffée d’air frais et j’ai vraiment beaucoup de motivation à ce stade de l’année, à l’automne. Je commence à intégrer un peu plus de musculation. Dans le passé, c’est quelque chose que je n’avais pas l’impression que cela me convenait, mais si je me concentre dessus et que je l’utilise de la bonne manière, je pense que cela peut m’être très bénéfique. Donc un peu plus de musculation et dans l’ensemble, je cherche juste à m’amuser beaucoup sur le vélo.

CT: A quoi ressemblerait une année 2022 réussie ?

CL: Bien sûr, j’aimerais défendre mon titre de champion national et peut-être y ajouter une course sur route, mais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Je pense que vous pouvez énumérer quelques faits saillants de ma saison cette année et penser: “Il a eu une excellente année”, mais pour moi, ce n’était pas comme ça. J’ai eu quelques moments de déprime qui ont duré assez longtemps. J’ai pu enchaîner quelques jours mais en général, dans l’ensemble, je ne suis pas resté satisfait de la façon dont 2021 s’est passé pour moi. Pour moi, il s’agit plus de recommencer à faire ce dont je sais que je suis capable, de courir à mon plus haut niveau jour après jour, et je pense que je serai dans le bon environnement pour y arriver.



Source link