L’ancien sprinter du WorldTour ne suggère aucune zone de dépassement dans les arrivées de peloton pour assurer la sécurité des coureurs

L’ancien sprinter du WorldTour ne suggère aucune zone de dépassement dans les arrivées de peloton pour assurer la sécurité des coureurs


Un ancien sprinter du WorldTour a proposé des zones de non-dépassement et d’autres changements dans la finition du peloton pour assurer la sécurité des coureurs.

Theo Bos, qui avait déjà couru sur la route pour Dimension Data, a présenté six propositions inspirées du sprint sur la piste qui, selon lui, mettra fin au «far west dans les sprints groupés».

Bos, qui se concentre désormais sur la course sur piste, a proposé d’interdire aux coureurs de dépasser le long des barrières, ce qui, selon lui, empêcherait les coureurs d’essayer de franchir de petites lacunes.

Il a également suggéré qu’une étroite bande de chaussée au bord des barrières de chaque côté de la route dans les 300 derniers mètres d’arrivée de sprint pourrait former une zone de sprinter.

Le coureur en tête du peloton n’est pas autorisé à quitter sa zone, ce qui empêche les coureurs de dévier de l’autre côté de la route pour gêner leurs adversaires.

L’homme de 37 ans a raconté AD.nl: «Si vous êtes en tête du peloton à 300 mètres dans la section des sprinters, alors vous y restez. Partir vous fait reléguer. Si vous dépassez les coureurs par derrière, vous êtes autorisé à quitter la surface, sinon vous ne pouvez pas y passer.

Bos a également proposé d’interdire aux coureurs de dépasser par les barrières pour empêcher les coureurs de «plonger dans de petites lacunes, comme Sagan dans le Tour».



Le Néerlandais a également proposé d’avoir des arrivées droites dans les 300 derniers mètres des étapes de sprint, des barrières de deux mètres de haut qui n’ont pas les pieds collés dans le parcours et de placer une ligne au centre de la route pour donner aux sprinteurs un point de référence.

Beaucoup de règles proviennent de la discipline de sprint Keirin sur la piste, qui a des règles strictes sur les lignes de coureurs, toute personne enfreignant les règlements étant disqualifiée.

Bos a l’expérience du sprint au plus haut niveau, car il a passé cinq saisons au niveau WorldTour au cours de sa carrière sur route, accumulant 37 victoires.

Il a quitté le peloton professionnel en 2016 pour se concentrer sur le sprint sur piste, où il a remporté cinq titres mondiaux et il prévoit de faire une dernière apparition aux Jeux olympiques l’année prochaine.

>>> Axel Merckx avertit Wout van Aert, Mathieu van der Poel et d’autres jeunes stars de ne pas s’épuiser tôt

Bos a déclaré: «Cela doit changer.

«Plus de far west dans les sprints groupés, les officiels ne l’interprétant qu’un peu vaguement, mais peu de règles que tout le monde comprend et que tout le monde peut appliquer.»

La sécurité des cyclistes a été un sujet de premier plan dans la saison 2020 après un certain nombre de collisions horribles.

Le plus notable a été l’incident impliquant Fabio Jakobsen et Dylan Groenwegen au Tour de Pologne, au cours duquel Jakobsen s’est écrasé et a été grièvement blessé lorsqu’il a été contraint de franchir la barrière par Groenewegen lors de la descente à grande vitesse de la première étape.

Cet incident a obligé Jakobsen à subir une intervention chirurgicale pour de graves blessures au visage, tandis que Groenewegen a été interdit pendant neuf mois par l’UCI pour sprint dangereux.



Source link