Kevin Stewart libéré de la Fédération britannique de cyclisme – VeloNews.com

Kevin Stewart libéré de la Fédération britannique de cyclisme – VeloNews.com


“],” filter “: ” nextExceptions “:” img, blockquote, div “,” nextContainsExceptions “:” img, blockquote “}”>

La Fédération britannique de cyclisme a annoncé le licenciement de l’entraîneur de sprint Kevin Stewart pour manquement à sa conduite et «relations inappropriées à long terme avec les coureurs».

Stewart devait faire partie du personnel d’entraîneurs britannique pour les épreuves sur piste au Jeux olympiques de Tokyo.

L’organe directeur national du cyclisme au Royaume-Uni a indiqué que Stewart n’avait pas tenu compte des avertissements répétés concernant sa conduite, ni suivi les instructions spécifiques de ses supérieurs en ce qui concerne le respect des limites personnelles des athlètes. De plus, il a été constaté que Stewart continuait d’avoir des échanges inappropriés avec les athlètes par voie électronique.

«Je présente mes sincères excuses à l’équipe pour mon comportement qui n’était pas acceptable», a déclaré Stewart. «J’ai réalisé que mes actions rendaient ma position au sein de l’équipe intenable et j’ai présenté ma démission avant même d’être démis de mes fonctions.»

À la suite d’une enquête sur la conduite de Stewart, il a été déterminé qu’il n’y avait aucune preuve d’une relation physique entre Stewart et les athlètes britanniques.

«Bien que cela ait été inconfortable pour toutes les personnes concernées, cela démontre la robustesse des processus que nous avons en place lorsque des préoccupations sont soulevées», a déclaré le directeur des performances de British Cycling, Stephen Park. «L’équipe cycliste de Grande-Bretagne a un ensemble clair de comportements et de valeurs attendus et nous devons nous tenir les uns les autres responsables lorsque nous ne respectons pas les normes de comportement que nous nous fixons en tant qu’équipe.»

Après les Jeux Olympiques de Rio, le cyclisme GB a fait l’objet d’un examen minutieux et de critiques de la part de certains athlètes qui revendiquaient une «culture de la peur» au sein de l’organisation et craignaient d’être renvoyés pour avoir dénoncé des commentaires inappropriés et sexistes.

Sprinter Vernis Jess a fait des allégations de sexisme contre le réalisateur Shane Sutton. Huit des neuf réclamations juridiques spécifiques formulées par Varnish ont été rejetées, mais une enquête plus approfondie a déterminé que si la star du sprint s’est vu refuser une procédure régulière, elle n’a pas été injustement licenciée.

L’AFP a contribué à ce rapport.



Source link