Inclinez-vous: l’attaque solo de 50 km de Mathieu van der Poel scelle la victoire du BinckBank Tour

Inclinez-vous: l’attaque solo de 50 km de Mathieu van der Poel scelle la victoire du BinckBank Tour


Il y a des jours, comme l’année dernière chez Amstel Gold et encore samedi en Flandre, quand Mathieu van der Poel prend ce que l’on pense savoir sur la course cycliste, le froisse en une petite boule et la jette par la fenêtre.

Avec un retard de 17 secondes dans la dernière étape du BinckBank Tour, van der Poel a attaqué avec près de 50 km à faire et a empêché de charger les poursuivants à travers la région escarpée et pavée. Hellingen pour remporter la victoire d’étape et la course au général.

Son attaque a commencé sur le Muur, une ouverture appropriée. Il est entré dans la journée avec un déficit de 17 secondes contre Mads Pedersen de Trek-Segafredo et de dix secondes contre Søren Kragh Andersen de Sunweb. Il y avait des bonus de temps en jeu, mais pas assez pour remporter la victoire. Il avait besoin d’un écart sur les deux pilotes.

La toile était familière. La dernière étape du BinckBank Tour était un peu un mini Tour des Flandres, terminant à mi-chemin du Muur à Geerardsbergen et prenant l’ascension emblématique à plusieurs reprises au cours de la journée.

Les photos du Muur montrent toujours la route pavée sinueuse avec l’église en arrière-plan, mais la partie la plus difficile de la montée vient peu de temps avant. C’est un tronçon rectiligne de 75 m, incroyablement raide, rugueux, à l’ombre et couvert de mousse. C’est là que van der Poel s’est séparé, abandonnant le dernier du petit groupe restreint qui s’était formé plus tôt dans l’étape. Florian Senechal de Deceuninck-Quick Step a été le dernier à s’accrocher, mais à mi-chemin de ce tronçon particulier de pavés, il a semblé rouler dans la mélasse alors que van der Poel frappait les post-brûleurs.

Les grandes attaques à longue portée fonctionnent parfois dans les grands classiques. Pensez à Paris-Roubaix 2010, où Fabian Cancellara s’est séparé à 48 km de la fin et est resté à l’écart. Mais ces courses sont bien plus longues, bien plus difficiles qu’une étape finale de BinckBank. À la queue de Roubaix, c’est chacun pour soi, une dynamique qui peut jouer en faveur de l’attaquant solo. Le BinckBank Tour n’est pas Roubaix. Une attaque de 50 km à BinckBank est bien en dehors de la norme.

Van der Poel a gagné une poignée de secondes sur le sommet du Muur, puis a prolongé son avance sur le sommet. C’est ainsi qu’a commencé une chasse au chat et à la souris de 50 kilomètres. À 15 km de l’arrivée, sur le Bosberg, un groupe de poursuite a fusionné, comprenant le vainqueur du TT de vendredi et leader du général Søren Kragh Andersen, Yves Lampaert, Oliver Naesen, Sonny Colbrelli et Stefan Kung. Avec Pedersen parti, Kragh Andersen, deuxième au général, avait la plus grande motivation à rouler, mais la plupart des membres du groupe ont mis leur temps devant.

La course a fait un autre voyage sur le Muur. L’écart s’est rétréci. Van der Poel se retourna seul, se rapprochant lentement. À l’approche de l’arrivée, il était visible par les poursuivants, s’accrochant à moins de 20 secondes à 5 km de l’arrivée.

Kragh Andersen baissa la tête et tira, conscient que la course était sur ses épaules. Cela ne suffisait pas. «Van der Poel, il était tout simplement super bon aujourd’hui», a-t-il déclaré. «C’était l’homme le plus fort, alors c’est comme ça.

Inclinez-vous, Mathieu. C’était une course de vélo incroyable.

Résultats de l’étape

1 – VAN DER POEL Mathieu (Alpecin-Fenix)
2 – NAESEN Oliver (AG2R La Mondiale)
3 – COLBRELLI Sonny (Bahreïn – McLaren)
4 – KRAGH ANDERSEN Søren (Équipe Sunweb)
5 – KÜNG Stefan (Groupama – FDJ)



Source link