Ian Stannard contraint de prendre sa retraite en raison de la polyarthrite rhumatoïde – VeloNews.com

Ian Stannard contraint de prendre sa retraite en raison de la polyarthrite rhumatoïde – VeloNews.com


“],” filter “: ” nextExceptions “:” img, blockquote, div “,” nextContainsExceptions “:” img, blockquote “}”>

Ian Stannard, l’un des membres fondateurs de Équipe Sky, a été contraint de prendre sa retraite en raison de la polyarthrite rhumatoïde. Selon le Équipe Ineos site Web, le spécialiste des classiques – qui a remporté à deux reprises l’Omloop Het Nieuwsblad en 2014 et 2015 – a été diagnostiqué avec la maladie il y a 12 mois.

«Cela lui a causé une grave inflammation des articulations et Ian a eu des douleurs aux poignets, aux genoux et aux chevilles», a déclaré le médecin de l’équipe Richard Usher. «Nous avons essayé divers traitements, mais finalement Ian a pris la meilleure décision pour sa santé à long terme.»

«C’est décevant de devoir arrêter comme ça, mais c’est clairement la bonne décision pour ma santé et ma famille», a déclaré Stannard. «Nous avons exploré toutes les options cette année pour faire face à ma maladie, et l’équipe a été là avec moi à chaque étape. J’ai commencé à espérer que je pourrais gérer le problème pendant le verrouillage, mais dès que je suis revenu à la course, j’ai su que mon corps ne serait plus capable de performer à aucun niveau.

Stannard est devenu professionnel en 2008 avec la modeste équipe Landbouwkrediet-Tönissteiner en Belgique avant de passer au niveau WorldTour avec Team Sky en 2010. Et depuis, il est une force dans leur équipe de classiques. Immédiatement à l’aise sur les pavés, Stannard allait également terminer troisième de l’édition 2016 de Paris-Roubaix, Bien que le Tour des Flandres s’est avéré trop long et trop vallonné pour lui. Mais de telles limitations n’ont pas empêché Stannard de remporter un titre de champion national britannique en 2012 ou de terminer dans le top sixième en Milan-Sanremo en 2013. Pendant ce temps, il s’est avéré être un membre de confiance de l’équipe Tour de France lineup, offrant une protection à ses chefs d’équipe sur les spéciales difficiles, plates et venteuses.

Dave Brailsford, directeur d’Ineos Grenadiers, a déclaré: «Ian est un pilote qui donne tellement à la course et à ses coéquipiers et nous savons tous qu’il laisse toujours tout sur la route. Il est l’un des pilotes les plus durs et les plus durs qui soient, que ce soit en course sur les pavés de Belgique ou en tirant sur l’avant au Tour de France. Il fait partie intégrante de notre équipe depuis le premier jour et il nous manquera, mais il peut regarder en arrière avec fierté une carrière qui reflète le véritable esprit de notre sport.

Stannard remporte deux fois l’Omloop Het Nieuwsblad et monte sur le podium à Paris-Roubaix. Photo: Tim De Waele | Getty Images

Stannard a poursuivi: «En grandissant, les classiques ont captivé mon imagination. J’ai toujours voulu aller courir sur les pavés. De retour dans la première année de l’équipe, j’ai terminé troisième à Kuurne-Bruxelles-Kuurne dans les pires conditions dans lesquelles je n’ai jamais couru. Même maintenant, notre DS Servais Knaven me demande toujours si j’ai séché! Je pense qu’il n’y avait que 26 finalistes et j’ai toujours prospéré dans ces conditions. Ma victoire préférée était sans aucun doute la deuxième victoire d’Omloop. Je m’étais cassé le dos l’année précédente et le processus de récupération a été le plus dur que j’ai dû endurer dans ma carrière. Puis battre trois pilotes Quick-Step, en Belgique… Ça ne va pas vraiment mieux. Les gens me posent toujours des questions sur cette victoire.

«Je voulais continuer à courir et ce feu de compétition brûle toujours en moi», a-t-il ajouté. «Mais je suis fier de ce que j’ai accompli dans le sport et je repense à ma carrière avec une grande fierté, en particulier en course pour cette équipe. Ce fut un rêve devenu réalité. »



Source link