Dylan Groenewegen a été suspendu de neuf mois pour l’accident du Tour de Pologne – VeloNews.com

Dylan Groenewegen a été suspendu de neuf mois pour l’accident du Tour de Pologne – VeloNews.com


“],” filter “: ” nextExceptions “:” img, blockquote, div “,” nextContainsExceptions “:” img, blockquote “}”>

Sprinter hollandais Dylan Groenewegen a été prononcé mercredi une suspension de neuf mois de l’UCI à la suite de la horrible crash au Tour de Pologne cet été.

Le sprint capricieux de Groenewegen lors de la première étape de la tournée polonaise en août a placé l’homme rapide de Deceuninck-Quick-Step Fabio Jakobsen dans les barrières à grande vitesse, le laissant avec blessures graves sur son visage, sa tête et sa poitrine.

Groenewegen s’est également écrasé après avoir franchi la ligne et s’est cassé la clavicule lors de l’empilement qui en a résulté. Le joueur de 27 ans a été disqualifié de la course, et plus tard banc par son équipe tandis que Jumbo-Visma attendait que les sanctions soient déterminées par les officiels.

“L’accident de la première étape du Tour de Pologne sera à jamais une page noire de ma carrière”, a déclaré Groenewegen mercredi. «Pendant le sprint, j’ai dévié de ma ligne. Je suis désolé, car je veux être un sprinter juste. Les conséquences ont été très malheureuses et graves. J’en suis très conscient et j’espère que cela a été une sage leçon pour chaque sprinter.

La sanction du sprinter Jumbo-Visma est effective à compter de la date de l’incident, et il sera donc hors de combat jusqu’au 7 mai, juste un jour avant le début du Giro d’Italia 2021. Un communiqué de l’UCI confirmant la sanction mercredi a expliqué que Groenewegen avait pleinement coopéré à l’enquête, et qu’il avait accepté de participer «à un certain nombre d’événements au profit de la communauté cycliste».

Jakobsen a révélé sur Instagram au début de ce mois que son rétablissement se passait bien après une série de chirurgies et qu’il prévoyait de reprendre l’entraînement sur le vélo dans les semaines à venir.

“Je suis de très près les nouvelles de la reprise de Fabio”, a déclaré Groenewegen. «Je ne peux qu’espérer qu’un jour il reviendra complètement.

«Clore la question disciplinaire crée de la clarté», a-t-il poursuivi. «Cela me donne l’opportunité de regarder à nouveau vers l’avenir. J’en suis heureux, même si le 7 mai est encore loin. Je suis heureux du soutien que je reçois de l’équipe Jumbo-Visma, de ma famille et de mes amis. Ensemble, nous travaillerons pour ce jour à la fois mentalement et physiquement.

Le mouvement de Groenewegen n’est pas le seul exemple marquant de ce qui pourrait être considéré comme un sprint «dangereux» cette saison.

Pascal Ackermann a remporté une victoire incroyable après s’être écrasé contre les barrières de Tirreno-Adriatico en septembre, tandis qu’Arnaud Démare a raflé une de ses quatre victoires au Giro d’Italia le mois dernier sur le dos d’une accélération au hasard. Lorsqu’aucune de ces manœuvres n’a causé d’accident et qu’aucun coureur n’a été sanctionné, certains ont remis en question la manière dont les jurys de course appliquent les règles, et si ce sont les résultats d’une action ou les actions elles-mêmes qui ont été au centre des jugements des officiels.

Peter Sagan (Bora-Hansgrohone) a été relégué dans un sprint de la ligne d’arrivée à l’étape 11 après s’être cogné l’épaule Wout Van Aert (Jumbo-Visma) dans le sprint final, une décision qui a pratiquement torpillé ses chances de remporter le maillot des points verts.

L’incident en Pologne aussi augmentation des tensions sur la qualité des barrières utilisées lors des courses et l’utilisation de lignes droites de finition ultra-rapides. L’UCI a déclaré qu’elle s’efforçait d’améliorer la sécurité des sprints groupés.

“L’UCI insiste sur l’importance d’agir sur de tels incidents d’un point de vue disciplinaire de manière juste et cohérente, ainsi que de travailler en permanence sur des mesures visant à améliorer la sécurité routière”, lit-on mercredi dans le communiqué de l’UCI.





Source link