Ce que vous devez savoir sur l’Omloop Het Nieuwsblad pour homme

Ce que vous devez savoir sur l’Omloop Het Nieuwsblad pour homme


Jasper Stuyven, Soren Kragh Andersen et Yves Lampaert à l’avant à Omloop Het Nieuwsblad en 2021.

C’est à nouveau cette période de l’année; temps pour les courses de vélo de haut niveau sur le pavé. C’est le week-end d’ouverture en Belgique, ce qui signifie que l’Omloop Het Nieuwsblad attend samedi (suivi de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, bien sûr) et quelle manière de lancer la série de courses de l’année sur les pavés.

Avec ses nombreuses montées et ses secteurs pavés (et certaines ascensions qui sont également pavées!) Et si tôt dans l’année avant que la plupart des coureurs n’aient eu la chance de mettre leur forme en valeur, Omloop Het Nieuwsblad a un excellent moyen de livrer des courses agressives et imprévisibilité. Nous ne nous attendons pas à ce que cela change cette année.

Nous avons pensé que nous pourrions vous donner une idée de ce que vous devrait attendez pour Omloop Het Nieuwsblad, considérant que cela annonce le retour de la course de haut niveau en Flandre après l’intersaison. Voici ce que vous devez savoir avant l’Omloop de cette année.

La route

Les organisateurs n’ont pas encore publié officiellement le parcours de la course de cette année, ce qui est loin d’être idéal pour la rédaction d’un aperçu, mais le journal belge Het Nieuwsblad rapporte que le cours n’a pas beaucoup changé depuis l’année dernière. Cela ferait 13 ascensions (dont trois sur des pavés) et neuf autres secteurs pavés.

Selon Het Nieuwsblad, la course se déroulera sur 200,5 km de Gand à Ninove, avec un parcours qui sillonne la campagne flamande, parfois en boucle sur elle-même. Les débuts se caractérisent par quelques hauts et des bas et des tronçons pavés, mais la course va vraiment s’échauffer alors que le peloton approche de la mi-course. Une fois que les coureurs ont atteint le Katteberg près du milieu de l’Omloop, ils n’iront pas plus de 13 km sans une montée ou un tronçon de pavé (ou les deux) pour le reste du trajet.

Les 60 derniers kilomètres devraient être particulièrement décisifs car le Wolvenberg, une ascension pavée de près d’un demi-kilomètre à 7%, annonce le début d’une succession rapide de montées et de galets. Après avoir affronté des défis comme la montée pavée du Molenberg et le pavé Haaghoek, le peloton aura un court répit avec environ 25 km à parcourir avant de s’attaquer à l’emblématique Muur van Geraardsbergen. Les coureurs monteront et franchiront l’ascension pavée, longue de 475 mètres à une pente de 9,3%, puis affronteront le Bosberg pavé. Du sommet, il ne restera plus que 13 km à parcourir sur des routes essentiellement plates jusqu’à l’arrivée.

Jasper Stuyven et Yves Lampaert gravissent le Muur à l’Omloop Het Nieuwsblad 2020.

Cette finale difficile s’est avérée décisive l’année dernière, comme elle l’a si souvent fait récemment, avec Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Yves Lampaert (Deceuninck-QuickStep), et Soren Kragh Andersen (Sunweb, maintenant DSM) éclairant le Muur pour se battre pour la victoire. Stuyven et Lampaert allaient abandonner Kragh Andersen, puis Stuyven sprintait vers la victoire à Ninove.

Les coureurs à surveiller

De nombreuses stars feront le départ, même si certains grands noms ne seront pas présents. En tête de la liste des prétendants aux Classiques qui ne seront pas à l’Omloop, on trouve Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), Wout van Aert (Jumbo-Visma) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe).

Avec cela à l’écart, sur les coureurs chapiteaux qui seront à Gand samedi matin. Deceuninck-QuickStep en compte plusieurs sur sa liste.

Alors qu’il continue de se plonger davantage dans la course sur le pavé, Julian Alaphilippe fera ses débuts à l’Omloop Het Nieuwsblad samedi, et comme le champion du monde l’a montré au Tour des Flandres l’année dernière avant de s’échapper de la course, il a ce qu’il faut pour rester avec les meilleurs sur ce type de terrain. Il en va de même pour des coéquipiers capables et polyvalents comme Lampaert et Zdenek Stybar, qui a remporté la course en 2019. Ensuite, il y a Florian Sénéchal et Kasper Asgreen. Si Deceuninck-QuickStep reste agressif, il sera difficile pour les rivaux de l’équipe de marquer tous les coups qu’ils peuvent faire.

Alaphilippe avait fière allure en Flandre l’année dernière, jusqu’à ce que cela se produise.

Trek-Segafredo commencera avec le champion en titre Stuyven en tête, ainsi qu’une puissance de feu dans le reste de la formation. Stuyven et ancien champion du monde Mads Pedersen sont tous deux capables sur les pavés tout en apportant de forts sprints à la table, et c’est la clé dans une course qui combine un terrain aussi difficile avec une finale plus plate. Ce sera le début de la saison de Stuyven, mais Pedersen a terminé troisième dans une étape à l’Étoile de Bessèges, il semble donc en forme.

Une équipe AG2R Citroën au nouveau look revendique Greg Van Avermaet (vainqueur en 2016 et 2017) et Oliver Naesen. Nous avons hâte de voir ce que le duo belge peut faire. Les deux pilotes se sont parfois retrouvés isolés en fin de finale des grandes courses ces dernières années. Maintenant, ils peuvent jouer sur la force et l’agressivité de l’autre.

Van Avermaet (à droite) et Naesen (au centre) seront tous deux dans la même équipe en 2021.

DSM aura Tiesj Benoot et Kragh Andersen susmentionné, avec Romain Bardet avoir son premier goût de la course pavée cette année lors de ses débuts à Omloop. Tim Wellens et Philippe Gilbert ouvrira la voie à Lotto-Soudal. Sep Vanmarcke, effectuant son premier départ sur les pavés avec Israel Start-Up Nation, a remporté sa première victoire professionnelle à cette course en 2012.

Bora-Hansgrohe sera sans Sagan, mais Nils Politt et Daniel Oss pourrait être dans le mélange. Alexandre Kristoff – que mon collègue Iain Treloar insiste sur le fait que j’appelle «l’étalon Stavanger», dont je suis toujours sur la clôture – ouvrira la voie à UAE-Team Emirates, espérant avoir une chance de mettre sa vitesse à l’épreuve dans un groupe au galop. Niki Terpstra, finaliste en 2015, sera en tête de l’équipe Total-Direct Energie. Stefan Küng, neuvième l’an dernier, espère obtenir un résultat pour Groupama-FDJ avec son moteur puissant.

Ils font donc partie des prétendants potentiels, mais étant donné le parcours favorable aux attaquants d’Omloop Het Nieuwsblad, nous ne serions pas choqués de voir un étranger remporter la victoire. Nous n’avons pas longtemps à le découvrir.



Source link